KikouBlog de Bambi - Tigawood's sous blog
Bambi

Sa fiche

Dans la catégorie Tigawood's sous blog

Tigawood's passage de la ceinture noire

Par Bambi - 27-06-2008 22:21:53 - 10 commentaires

 
 
CEINTURE NOIRE, OUF ! 

 

CA C’EST FAIT

 

Un petit post à la demande du lutin. Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine : un apprenti JEDI voulait se hisser au rang de chevalier. Bref, une belle aventure qui dura deux ans et que je vais vous raconter.

 

Septembre 2002, voila que je me décide à reprendre sérieusement le sport, et je tombe par hasard sur le site du CSAHR, où, il y a longtemps je faisait de l’aikido. Je voulais faire quelque chose de plus sport, et le judo m’apparaissait réservé à des gros lourds trop nazes pour comprendre la philosophie des arts martiaux.

 

Me voila donc à finir mes études d’anesthésie et à commencer l’apprentissage du jujitsu.

Les choses ont commencé à devenir intéressantes lors des passages de la ceinture bleue et marron car c’est le moment où j’ai étudié le Nage-no kata, kata de projections de judo avec mon partenaire Jeff.

Là il vraiment fallu que je surpasse ma peur de chuter, surtout sur kata guruma (les initiés comprendront). Ceci étant fait et fier de porter le ceinture si proche de la noire….Voila qu’on commence les UV du 1er dan, avec tout d’abord le passage du kata, et donc pour nous du Nage-no.

La petite anecdote, est que nous sommes les premiers du cours D’Olivier, notre « Sensei », vice champion d’Europe de jujitsu, à entamer la prépa et le passage du 1er Dan .

 

Pour passer la ceinture noire de Judo- Jujitsu, nous avons choisi vu notre age, l’option expression technique qui se compose de 5 UV (kata, arbitrage, présentation technique judo, présentation des douze attaques et défenses imposées en Jujitsu, et enfin l’épreuve des randoris judo.

Cette dernière épreuve est la plus physique et fut la plus difficile pour moi. Mais cette fois ça y est, voila comment s’est déroulé les sept randoris.

 

Nous avons commencé les épreuves par deux kakari geiko de trois minutes chacun, où l’un attaque sans arrêt pendant une minute trente et l’autre défend ; inversement des rôles à la moitié du temps.   Assez content de moi, j’ai enchaîné feinte en partant sur la gauche puis renversement sur la droite en o soto gari (ça, c’est devenu ma spécialité, cf photo). Deux Uchi mata très moyens, un ko uchi raté suivi d’un taï otochi bien éfficace. Du plaisir, plein de plaisir, avec des partenaires qui pratiquaient aussi un judo souple et engagé. D’ailleurs, j’ai fait un super vol plané sur un tomoé-nagé bien rythmé.

 

 

Puis vient les 2 yaku soku geiko, exercice similaire où les deux attaquent en même temps. Une sorte de randori souple assez intensifs, car il faut surtout être toujours en mouvement.

Toujours la même tactique de feinte, et là j’ai réussi à placer un ashi guruma tout en contre temps. Quel pied !!!

 

A ce moment, il reste 3 randoris (2 debout, 1 au sol) de 2 min chacun, et je me sens à bout de force mais alors vraiment vidé…

 

Le premier est au sol, et je tombe sur une judokate qui pesait la moitié de mon poids, ouf un peu de repos. Je l’ai laissé travailler tout en faisant voir au jury que pouvait inverser la situation en enchaînant retournement et juji-gatamé….

 

Le deuxième randori, debout, avec un gars raide comme un bâton et sans trop de technique, très chiant mais j’en suis venu à bout avec quelques balayages bien force. (pas beau, mais efficace).

Le dernier devait être debout, mais avec les problèmes d’organisation, on fera un randori au sol, et certains jurys noteront deux couples en même temps. Tient je le connais, il était là aussi l’année dernière. Ben lui aussi il a progressé, et en plus il est plus lourd que moi de pas mal. Impossible de le retourner et en plus je mange le tatamis comme il faut. Bref, j’ai juste fait preuve de combativité en tentant des mouvements, mais pas du tout efficaces.

 

 

 

 

Ouf, l’épreuve est terminée, et l’attente pour les résultats commence. J’en profite pour marcher, boire, m’étirer ; Bambi me jette un garf du haut des gradins, ça y est je suis repéré.

 


 

 

L’attente semble interminable, je vais discuter avec un prof que je connais, avec les candidats qui m’ont servi de partenaire. Ca y est c’est le moment.

 

YES ! YES ! YES !,  enfin c’est in the pocket, ou plutôt autour de la taille. Je saute de joie, saute dans les bras du prof, de mes potes, Bambi dans les gradins jette les garfs en l’air. Bref c’est la Teuf.

 

On dirait que le plaisir est à la mesure du travail accompli depuis deux ans, deux années où j’ai appris à aimer le judo,  et à découvrir  ses subtilités (enfin pas toutes encore).

Il faut dire que mon prof, Olivier,  y est vraiment pour quelque chose.   Et c’est un plaisir réciproque que d’être le premier de son cours à y avoir débuté et à atteindre « la noire ». (Le deuxième sur les deux clubs où il prodigue ses cours de jujitsu).

 

 

 

 

 

Voir les 10 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.04 - 191514 visites